Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC)




Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) UMR CNRS 6097

IPMCL’IPMC, unité mixte de recherche entre le CNRS et l’Université Nice Sophia Antipolis, comprend 18 équipes de recherche, regroupant près de 200 personnes dont 120 chercheurs et enseignants chercheurs (dont 4 EPU), dans les domaines de la pharmacologie, des neurosciences, de la biologie cellulaire et moléculaire, de la génomique, de la physiologie et de l’immunologie. Les problématiques vont des molécules à leur implication dans les grandes fonctions de l’organisme. Les molécules étudiées sont souvent impliquées dans des pathologies humaines, en précisant leurs fonctionnements et dysfonctionnements, l’IPMC participe à la mise en place et à l’évaluation de nouveaux traitements contre des maladies graves, (cancer, épilepsie, maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson), hypertension,  mucoviscidose, obésité, maladies cardio-vasculaires). Ses équipes de recherche sont soutenues par de nombreux et prestigieux programmes de recherches nationaux et internationaux (ERC, programmes européens, EMBO, FEDER, ANR, INCa...). L’expertise des chercheurs de l’institut dans  des domaines aussi variés que l’analyse fonctionnelle des canaux ioniques, la pharmacologie des protéases impliquées dans les maladies neurodégénératives, ou la signalisation cellulaire a abouti à la sélection des laboratoires d’excellence (« LabEx ») : ICST, DistAlz et SignaLife.

L’IPMC a contribué à la création de deux start-up dont Immunosearch. et est muni de plusieurs plateformes technologiques (plate-forme de génomique fonctionnelle labellisée IBISA, séquençage à haut débit (HTS) et puces à ADN, PCR quantitative, Plate-forme de caractérisation et d’analyse physico-chimique des protéines Plate-forme d’imagerie et de cytométrie, Plate-forme d’exploration fonctionnelle SPF (Specific Pathogens Free) Robocyte pour le criblage automatisé de biomolécules; Expertise en électrophysiologie, du canal ionique au comportement animal, in vitro (patch-clamp), ex vivo (tranche de cerveau, organe isolé) et in vivo , plateforme BioInformatique : Collections de substances naturelles, bases de données (Mediante, Cheminformatics et outils bio-informatiques (Heliques et collections d’ADNc…).Par ailleurs, l’institut est associé aux deux pôles de compétitivité Eurobiomed et le pôle PASS.